Issan Udon-Thani Big Bike Expo 2017



De bien beaux modèles
Des preparateurs locaux au top de l'originalité
La superbe présence d'Indian
La discrete montée en popularité de Stallion
Et, l'étonnante absence de Ducati,
d'habitude omniprésent sur ce genre de manifestations
.
Et le clou de l'expo, la
Vespa 946 Emporio Armani
Avec son étiquette-prix assez délirante
...

La Thaïlande fait les yeux doux aux seniors (clip vitaminé)


"So Pure Feel So Young "
Voici un clip vivifiant de l'office de tourisme
qui fait la promotion de la province de Chiang Raï
.
.
Je présume que d'autres provinces suivront dans le même esprit
A noter que l'elephant fait toujours partie du paysage
Mais,que les nacelles elles, ont disparues.
...

La DSI saisit 60 supercars, dont principalement Lamborghini au Siam Paragon


En intro
Une petite ballade avec le Lamborghini Club Thailand ?
🔻

Tout a leur plaisir de rassemblement reguliers de passionnés
Ces puristes etaient certainement loin d'imaginer (...)
Que certains de leurs concessionaires 
se livraient a des activitées moins representatives
que la vente de voitures de rêve

Perso, je n'aurait jamais pu croire que le plus prestigieux d'entre eux
ayant une salle d'expo dans un temple du luxe (Siam Paragon) puisse être nommé ici

La Story
Tout a commencé ici, en Juin 2013:
.

.Et, hier 18 Mai 2017,
 épilogue
quelques extraits
L'article complet sur Bangkok-Post/crime

Le Département des enquêtes spéciales (DSI)
a confisqué 60 voitures de luxe, principalement des Lamborghini,
dans des magasins d'exposition de Bangkok, soupçonnées d'évasion de taxes d'importation
La saisie a concerné la perquisition de 9 locaux.
Ils comprenaient Niche Cars Group dans le district de Suan Luang
et de son showroom au centre commercial Siam Paragon dans le district de Pathumwan,
STT Autocar sur Thiam Ruammit dans le district de Huay Khwang et
un concessionnaire d'automobiles d'occasion sà Bang Kapi, où les véhicules étaient stockés
Les voitures ont été laissées sur place, 
mais ne doivent pas être vendues ni déplacées dans les locaux.


Mise a jour 
le 21-05-2017
10000 supercars vont faire face à un controle fiscal 

Le Département des enquêtes spéciales (DSI) 
se prépare à enquêter sur quelque 10 000 supercars importés
alors qu'il élargit sa répression sur un réseau d'évasion fiscal.
Les perquisitions initiales dans les locaux cités dans le post initial, 
passent de 60 a 122 vehicules en infractions
Sur la base de la longue enquête de la DSI 
sur le prétendu système d'évasion fiscale, jusqu'à 10 000 supercars
ont été importés et ces véhicules seront controlés 
pour s'assurer qu'ils sont correctement taxés 

Pour éviter de payer une taxe d'importation élevée,
les importateurs sous estime souvent les prix de leurs véhicules jusqu'à – 40%,
le prétendu régime d'évasion fiscale impliquant les voitures saisies
 est estimé à une valeur de 2,4 milliards de bahts, 

Selon la DSI, les importateurs de voitures de luxe
se livrent généralement à de fausses déclarations pour éviter de payer des taxes élevées (328%)
Par exemple, une Lamborghini importée en avril 2010 et saisie chez Niche Cars Group a
éa té déclarée à 105 000 $ US, alors que le prix Italien est de 286 000 €,
Des groupes de véhicules sont importé comme unités complétes,
mais ils sont déclarés remontées localement à partir de pièces importées
et sont imposées à un taux inférieur à celui des véhicules de luxe importés.
la fraude impliquant les véhicules faussement déclarés
 comme "pièces automobiles importées"
est estimée à priver le gouvernement de 10 milliards de baht par année en impôts.
La DSI a examiné un total de 7 123 voitures 
pour une évasion fiscale présumée et a constaté que 3 773 sont illégales.
Quelque 1 038 ont été trouvés en violation du code douanier, 

la liste comprend des politiciens locaux et de la police, qui ont été inculpées.
L'article complet sur Bangkok-Post

Cannes 2017 et Asie du sud-est, dernier volet de la trilogie de la Terreur


Cette année pas de film Thaïlandais en compétition
🔽
Coté sud-est asiatique, a noter
.
Le Vénérable W.
De Barbet Schroeder
Ce qui ressemble à un film et qui inspirera un débat approfondi,
un documentaire sur le moine Ashan Wirathu, Myanmar.
Qui clôt ici sa "trilogie de la Terreur"
Source Bangkok-post


L'équipe de tournage s'est retrouvée au cœur du racisme quotidien, observant comment
l'islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction.
Pourtant la Birmanie est un pays où 90% de la population est bouddhiste,
religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent
l'intégral sur Allociné
.

Bangkok, La bombe a Sanam Luang n'en finit pas de rebondir


Une source policière a déclaré mardi qu'un dispositif de minuterie 
couramment utilisé dans les bombes à tubes
a été trouvé sur le site de l'explosion de la nuit dernière 
qui a blessé deux personnes dans le quartier historique de Bangkok.
Le développement de l'enquête a atténué les déclarations changeantes
faites par les membres de la police, selon lesquelles l'incident,
qui s'est déroulé dans un endroit particulièrement sensible
où les rites funéraires du Roi Bhumibol sont en préparation n'était pas une attentat à la bombe. 

Une source au sein de l'équipe de pompiers de la police, qui a parlé sous couvert d'anonymat,
a déclaré que la minuterie a été manquée dans le premier balayage de la scène de crime
et n'a été repérée que plus tard "à cinq ou six mètres de distance".
La partie est similaire à celle trouvée dans les petits explosifs précédents
Et est utilisé pour retarder sa détonation de quelques minutes, a déclaré la source.
Après avoir offert plusieurs versions différentes d'événements,
la police a mis sous silence l'incident d'aujourd'hui, mais a déclaré qu'ils allaient enquêter.
"L'incident est encore à l'étude", a déclaré le chef de la police de Bangkok,
le général Sanit Mahatavorn,aux journalistes brièvement 
lorsqu'il est arrivé au quartier général de la police métropolitaine.
Il s'agissait d'un changement radical de tonalité pour Sanit,
qui a visité hier la scène de l'incident, initialement signalé comme une petite explosion.
En arrivant, il avait insisté sur le fait que l'explosion n'était pas une explosion,
mais un «brouhaha» causé par un tuyau en plastique qui s'est brisé sous la pression.
2 personnes ont subi de légères blessures par l'explosion,
 qui a eu lieu avant le théâtre national en face de Sanam Luang.
Les démineurs ont rapidement inspecté le site, 
Sanit a déclaré plus tard que la poudre n'avait été pas trouvée.
Mais la source de l'équipe EOD a déclaré que les auteurs ont pu utiliser de la poudre flash,
qui se dissous rapidement lors de l'explosion,
Arrivé pour un commentaire mardi, le porte-parole de la police,
a renvoyé toutes les questions au commissaire de police adjoint qui a été chargé de l'enquête
le lieutenant-général Srivara est souvent chargé de questions 
liées à la sécurité nationale et aux attentats à la bombe,
comme une série d'attaques qui ont frappé le sud de la Thaïlande en août.
Srivara a refusé de parler aux journalistes autrement que pour dire 
qu'il est trop tôt pour exclure toute possibilité.
"En ce moment, nous ne pouvons pas encore établir si c'était une bombe ou un accident",
a déclaré Srivara mardi après-midi. "Nous devons d'abord attendre une inspection claire".
Il a ajouté qu'il avait demandé à Sanit d'inspecter 
les images de toutes les caméras de vidéo surveillance du secteur.
L'incident de la nuit dernière est survenu un mois après qu'une petite bombe 
ait explosé dans une poubelle à proximité de l'avenue Ratchadamnoen, 
blessant deux citadins (photo d'intro) 

Il a également eu lieu une semaine avant
 le 3° anniversaire du coup d'état qui a amené la junte au pouvoir.